Francfort en hausse, aidée par les spéculations sur la Fed, Dax +0,38%
16/09/2015 16:04

La Bourse de Francfort a terminé en hausse mercredi, portée par l'espoir que la Fed ne remontera pas ses taux directeurs dès jeudi.

L'indice Dax des trente valeurs vedettes a avancé de 0,38% à 10.227,21 points, et celui des valeurs moyennes, le MDax, a pris 0,97% à 19.742,82 points.

Comme sur les autres places européennes, les investisseurs ont les yeux rivés sur la banque centrale américaine, dont la réunion de politique monétaire a débuté ce mercredi. Mais peu d'entre eux misent sur un relèvement des taux dès cette semaine, et l'anticipation de ce nouveau délai profite aux marchés actions.

La place francfortoise a toutefois fait moins bien que Paris ou Londres, la contre-performance persistante des poids lourds de l'énergie jouant les trouble-fêtes.

EON a plongé de 6,39% à 7,53 euros, le même ordre de grandeur que la veille, et RWE de 4,78% à 10,87 euros. Des informations de presse sur la supposée insuffisance des provisions constituées par les énergéticiens allemands pour le démantèlement de leurs centrales nucléaires plombent les deux titres depuis mardi, et les dénégations du ministère allemand de l'Economie, commanditaire d'un audit sur le sujet, n'ont rien fait pour calmer les angoisses des investisseurs.

Egalement dans le rouge, K+S a glissé de 0,15% à 33,58 euros après que son prétendant canadien Potash Corp eut indiqué ne pas travailler "activement" à une reprise à ce stade, selon l'agence Bloomberg News.

Dans le haut du tableau Adidas a engrangé 2,22% à 66,88 euros après l'annonce mardi soir d'un contrat avec la ligue nord-américaine de hockey NHL et Continental (+1,19% à 195,60 euros) a continué à profiter de l'engouement suscité par le salon de l'automobile de Francfort.

Même chose d'ailleurs, mais dans une moindre mesure, pour les titres des constructeurs, que ce soit Volkswagen (+0,27% à 169,65 euros), Daimler (+0,23% à 75,30 euros) ou BMW (+0,22% à 87,42 euros).

Lufthansa s'est arrogé 0,54% à 12,01 euros après la validation par son conseil de surveillance d'une réorganisation qui doit rendre le groupe plus compétitif, notamment en supprimant des échelons hiérarchiques. La direction de Lufthansa va en outre se rassoir jeudi à la table des négociations avec le syndicat des pilotes Cockpit, avec qui elle bataille depuis des mois.

mtr/cfe/sbo

© 2015 AFP