Constructeurs
Nissan affiche ses pires résultats de la décennie et accuse Carlos Ghosn
14/05/2019 - Catherine Leroy

 

C'est clairement à un numéro qui manquait d'élégance auquel s'est prêté Hiroto Saikawa, directeur général de Nissan, ce 14 mai 2019. Depuis plusieurs semaines, les rumeurs annoncent des prévisions de résultats très mauvais pour Nissan à la clôture de son exercice fiscal. Ils sont finalement catastrophiques.

 

Le constructeur enregistre le pire bilan depuis la dernière décennie. Sur la période 2018-2019, Nissan affiche un résultat net en baisse de 57 % à 319 milliards de yens (2,5 milliards d'euros) contre un objectif initial de 500 milliards de yens. Le bénéfice d'exploitation a glissé de 45 % pour un chiffre d'affaires en baisse de 3,2 % à 11,574 milliards de yens (92,6 milliards d'euros).

 

Nissan a écoulé 5,5 millions de véhicules sur la période retenue mais subit une très forte baisse de ses ventes aux USA (-9,3 %) et en Europe (-15 %) et aucun rebond n'est attendu sur l'exercice 2019-2020 ! La marge opérationnelle qui est déjà tombée à 2,8 %, est attendue en recul à 2%.

 

Il faut remonter à 2010 - 2011 pour trouver des profits aussi bas : à l'époque, Nissan se remettait lentement de la crise financière mondiale et venait d'être touché par les effets industriels des terribles séisme et tsunami de mars 2011.

 

Nissan pâtit à présent de l'absence d'un gain exceptionnel lié à la réforme fiscale aux Etats-Unis, qui avait gonflé artificiellement ses comptes en 2017/18, mais accuse aussi le coup sur un plan strictement opérationnel.

 

Carlos Ghosn, responsable

 

Hiroto Saikawa, directeur général de Nissan a reconnu "des résultats médiocres mais la plupart des problèmes que nous rencontrons sont l'héritage négatif de la précédente direction". Incroyable commentaire de la part d'un dirigeant qui oeuvre aux manettes de Nissan depuis le début de l'année 2017. Lors de la conférence de presse, ce dernier a blâmé "des investissements excessifs et une course artificielle aux volumes qui a longtemps masqué le vieillissement des modèles".

 

Trop occupé à diriger l'enquête qui allait mener à l'arrestation de Carlos Ghosn, le 19 novembre 2019, Hiroto Saikawa reconnaît que l'entreprise "a été trop occupée à se concentrer sur ses activités ". Incroyable aveu !

 

D'autant que les tensions avec Renault ont été ravivées depuis les rumeurs de création d'une holding commune entre Renault et Nissan, ce que refuse la firme japonaise. Sur ce sujet, le dirigeant de Nissan a annoncé que le président de l'Alliance, Jean-Dominique Senard, était d'accord sur cette analyse : "Ce n'est pas le moment de discuter des participations croisées. Nissan doit pleinement se concentrer sur son redressement", a indiqué Hiroto Saikawa lors de la conférence de presse.