Constructeurs
Marché automobile 2019 : le CCFA annonce une stabilité quand C-Ways prévoit un léger recul
14/03/2019 - Catherine Leroy

 

Les immatriculations de voitures neuves de mars 2019 seront sans doute décisives pour la réalisation de l'année. La période des opérations portes ouvertes de milieu de mois reste l'une des plus importantes de l'année selon les constructeurs automobiles.

 

"Le week-end des portes ouvertes de mars est essentiel et  permet en trois jours d'immatriculer le quart des volumes du mois", nous expliquait récemment Amaury de Bourmont, directeur du commerce France de Citroën.

 

Stabilité du marché des particuliers

Un élément essentiel pour les marques automobiles qui doivent pouvoir compter sur le segment de clientèle des particuliers tout au long de l'année 2019. En effet, selon les prévisions de marché réalisées par le cabinet C-Ways (cabinet d'études qui vient justement d'obtenir la licence pour recueillir les données d'immatriculations émanant du SIV et du ministère de l'Intérieur), seule la clientèle des particuliers devrait garder un appétit automobile constant en 2019 par rapport à 2018.

 

L'année dernière, les immatriculations aux particuliers avaient représenté 1 018 146 unités, soit 46,8 % du marché global. Mais en 2019, la croissance devrait s'avérer plus faible (+0,2 %) pour peser 48,1 % du marché total et 1 020 000 véhicules. " Plusieurs facteurs positifs permettent de penser que la demande restera soutenue au niveau des particuliers", explique Eric Champarnaud, directeur associé de C-Ways. "Tout d'abord, le début de l'année 2019 devrait permettre de "récupérer" une partie des commandes non passées en fin de 2018 à cause du mouvement des Gilets jaunes. Ensuite, le pouvoir d'achat devrait s'afficher en hausse cette année avec des taux d'intérêts qui restent très bas. Enfin, le renforcement de la prime à la conversion va pousser également la demande."

 

Bien sûr d'autres facteurs négatifs pourraient venir tuer dans l'œuf cette hausse du pouvoir d'achat et notamment la baisse de la confiance des ménages ou encore un certain attentisme sur la consommation en biens durables. De même, les consommateurs pourraient vouloir patienter par rapport aux sorties des modèles hybrides et électriques dont une grande partie est prévue sur la toute fin de l'année.

 

Des ventes aux professionnels en berne

 

Le plus difficile à gérer restera alors le canal des sociétés et des loueurs de longue durée. C-Ways estime que cette typologie de clientèle devrait baisser de 3,9 % en 2019 avec 482 000 immatriculations contre 501 313 en 2018. Une vision peut-être un peu pessimiste. Car la grande inconnue reste les niveaux de TVS et de malus qui seront décidés pour 2020 et qui risquent de créer un phénomène d'anticipation sur 2019.

 

Fin d'un cycle

 

2019 marquerait ainsi la fin d'un cycle de croissance qui a débuté en 2014 pour afficher ainsi une hausse initerrompue du marché sur les quatre dernières années. Pour C-Ways, la baisse du marché se poursuivrait également sur 2020 et 2021.

Moins pessimiste, Christian Peugeot, président du CCFA a annoncé hier envisager un marché stable pour 2019. "La visibilité n'est pas totale du fait des perturbations liées au WLTP  et du fait du principe des amendes à partir de 2020", a-t-il avancé. Le marché 2019 serait en réalité pris en "sandwich" entre ces deux événements.