Distribution
Validation de la prise de participation d'Emil Frey Motors France dans le groupe Bernard
13/03/2019 - Alice Thuot

 

Six mois, c’est le temps qu’il a fallu à la Commission européenne puis à l’Autorité de la concurrence pour approuver la prise de participation par Emil Frey Motors France, anciennement PGA Motors, dans la holding Bernard Participations, à hauteur de 40 %. Ce mouvement avait été déclenché en juillet dernier lorsque Alcopa a décidé de céder ses 40 % de capital en se retirant de toute activité retail en Europe. Jean-Patrice Bernard avait alors invité le groupe PGA Motors à le rejoindre au capital de l’entreprise familiale.

 

Ce délai de réflexion des institutions n’est pas anodin puisque cette opération concerne le premier et le troisième groupe de distribution en France, respectivement, PGA avec 138 697 VN et le groupe Bernard avec 38 280 VN écoulés en 2017.

 

Contrôle conjoint du groupe Bernard par Emil Frey France et Fiber

 

Deux acteurs d'envergure, impliqués dans une même opération, que la Commission européenne était en charge d’analyser, au regard de la dimension européenne du groupe Emil Frey Motors. Pour rappel, il avait été finalement décidé qu’il appartenait à l’Autorité de la concurrence de se saisir du dossier, considérée comme la mieux placée pour étudier l'opération compte tenu de la position des entreprises sur les marchés de la distribution automobile en France et de ses effets potentiels sur plusieurs marchés locaux. Fin du suspense donc, le contrôle conjoint du groupe Bernard par Fiber, déjà au capital, et Emil Frey Motors France ayant été validé.

 

Mais l’opération a eu un autre effet, celui de pousser l’Autorité de la concurrence à modifier sa méthode pour analyser la concentration automobile. Ainsi, la zone de chalandise et le nombre de points de ventes dans cette zone serviront désormais de critères dans les décisions de l'Autorité de la concurrence pour l'analyse des opération de concentration dans la distribution auto.