Services
Le marché du pneumatique dans le rouge à cause des Gilets jaunes
12/02/2019 - Romain Baly

 

C'est une année 2018 à oublier pour le marché du pneumatique. En difficulté au début de l'hiver avec des conditions climatiques défavorables, les ventes de TC4 (tourisme, 4x4/SUV, camionnettes) avaient réussi à rattraper leur retard lors des mois suivants.

 

A défaut de surperformer, le marché se dirigeait ainsi vers un exercice stable. Oui mais voilà, le dernier mois et demi d'activité, marqué par le mouvement des Gilets jaunes, a changé la donne. Selon les données du Syndicat des Professionnels du Pneu (SPP), les ventes de pneumatiques TC4 ont reculé de 3,1 % en 2018, à hauteur de 18,7 millions d'unités.

 

Une baisse de 19,6 % en décembre !

 

Le segment tourisme accuse une perte de 3,3 % (16 millions d'unités), celui des 4x4/SUV tire son épingle du jeu malgré le contexte et gagne 5,5 points (0,9 million) alors que les pneus camionnettes chute de 5 % (1,7 million).

 

Comme le souligne le SPP, la chute a été particulièrement perceptible en novembre et décembre avec des ventes en baisse de 6,6 % puis de 19,4 % ! A cause des blocages, manifestations et autres fermetures préfectorales, les professionnels du pneumatique accusent une perte d'activité d'environ 30 millions d'euros.

 

Si les volumes ont donc reculé l'an passé, l'évolution des prix est quant à elle restée stable. Les tarifs oscillent entre + 0,8 % sur les pneus tourisme et - 0,9 % sur les pneus 4x4/SUV. Depuis 2016, la guerre des prix entre réseaux physiques et pure players s'est estompée, les écarts se sont ainsi considérablement réduits sur les dimensions les plus vendues (175/65R16, 185/65R16, 195/65R16 et 205/55R16). "Les marges se sont réduites", note Michel Vilatte, président du SPP, qui déplore que "l'alignement se fasse par le bas. C'est bien pour le client mais beaucoup moins pour le professionnel".

 

Les négociants perdent du terrain

 

Autre enseignement, 2018 a confirmé la montée en puissance des pneus toutes saisons. Ces derniers représentent désormais 7,8 % des ventes globales et enregistrent une croissance de 26,6 %. Au détriment de quel segment ? Principalement de l'été, qui perd 3,4 points sur un an, alors que l'hiver reste davantage dépendant des conditions climatiques que d'un autre segment. Lourdement impacté par la douceur de janvier 2018 (températures supérieures de 3,3 degrés aux moyennes saisonnières), les ventes de pneus hiver ont été divisées par deux l'an dernier.

 

Enfin, sur le plan de la distribution, une réelle évolution a été observée lors des derniers mois. Le canal des "autres", soit un panel comprenant à la fois des concessionnaires, des agents de marques, des MRA et les plateformes web, gagne 4,7 % tandis que celui des négociants spécialistes recule de 4,2 %. L'évolution est particulièrement marquée sur les segments tourisme (+ 4,6 %) et camionnette (+ 10,1 %). Les positions restent toutefois inchangées avec un marché dominé par les négociants (29,4 % de PDM) alors que les écarts entre chacun demeurent relativement faibles.

 

Tout va bien pour le pneu PL

 

A l'inverse des ventes de pneus TC4, celles du segment poids lourds, planifiées à plus long terme, n'ont pas été directement touchées par les conflits sociaux. En conséquence, le marché des pneus PL présente un bilan positif avec des volumes en hausse de 6,6 % (1,7 million d'unités). Les montes neuves ont cru de 6,8 %, avec 1,15 million de ventes, et celles rechapées de 6,1 % (597 000 unités).

 

Comme le note le SPP, ce marché n'a pas encore pleinement bénéficié des mesures anti-dumping prises par Bruxelles à l'encontre des pneumatiques provenant de Chine. D'ailleurs, si les volumes du rechapé sont en hausse, sa part de marché dans les ventes globales restent stables (34,2 %) comparé à 2017.