Distribution
Daimler Financial Services devient Daimler Mobiliy AG
08/02/2019 - Alice Thuot

 

Pour cette nouvelle année, la financière du groupe Daimler, Daimler Financial Services, devient Daimler Mobility AG. Une évolution qui en dit long sur les ambitions de la captive en matière de mobilité. Son portefeuille s’étend donc officiellement au-delà du financement et de l’assurance, pour gérer désormais les solutions numériques pour le traitement des paiements, via Mercedes Pay, mais aussi les différents services de mobilité, basés sur des applications, tels que Moovel, Car2go, Mytaxi mais aussi Clever Taxi, Kapten et Beat.

 

Ces services, disponibles sur quatre continents différents, 19 pays et 130 villes, comptent près de 31 millions de clients dans le monde, une communauté en hausse de 75 % par rapport à 2017. Daimler poursuit donc ses grandes manoeuvres dans le domaine, après avoir annoncé le rapprochement de leur servieces de mobilité respectifs, à commencer par Car2Go et DriveNow.

 

"Ce changement de nom met bien en lumière la transformation de notre division commerciale en fournisseur de services de mobilité, explique Jean-Jacques Nuel, directeur de la captive en France. Les services financiers restent toutefois un élément pilier de notre activité."  Un modèle déjà éprouvé du côté du groupe Renault avec RCI Bank qui chapeaute notamment le service de VTC Marcel et Yuso notamment.

 

Des résultats en hausse pour la partie financement

 

Pour Daimler Mobility, les revenus générés par les différents services de mobilité devraient atteindre plus de 2,5 milliards d’euros au cours de la prochaine décennie. En attendant, ceux issus du financement de VN et VO ne cessent de croître. A l’échelle mondiale, le nombre de véhicules financés en crédit ou via des formule de leasing, pour les clients finaux, s’est accru de 9 % pour passer de 4,8 à 5,3 millions. La production totale, elle, a augmenté de 7 % pour atteindre 154 milliards d’euros. En France, cette tendance haussière a aussi été observée.

 

"2018 dans son ensemble s’est bien déroulée même si la deuxième partie de l’année a été plus difficile, marquée par des incertitudes liées notamment à WLTP. Notre mécanique de programmes marche bien et nous a permis d’augmenter notre performance sur l’année complète", détaille Jean-Jacques Nuel. La pénétration de la captive sur les VP des deux marques est ainsi passée de 52 à 60 %. 80 % de ses financements ont été représentés par les formules locatives.