Constructeurs
L'usine PSA Mitsubishi de Kalouga est-elle en sursis ?
10/11/2017 - Christophe Jaussaud

 

Inaugurée le 23 avril 2010, à l'époque où la Russie était encore un potentiel marché à plus de 3 millions de véhicules malgré l'effondrement de 2009, l'usine de Kalouga n'a finalement jamais été réellement utilisée. Propriété de PSA et Mitsubishi, à 70/30, ce site n'aura produit depuis que 135000 modèles PSA et 115000 Mitsubishi en huit ans, selon les chiffres du Cabinet Inovev, soit un total de 250000 unités alors que la capacité annuelle est de 125000 unités.

 

Ainsi, après un pic à 36000 véhicules en 2011 pour PSA, la production n'a fait que baisser, avec 5000 unités en 2015, moins de 4000 en 2016 et moins de 3000 en 2017. Il faut dire que PSA y produit des 408 et C4 tricorps. Le constat est proche chez le Japonais, qui y produit notamment l'Outlander, avec un pic à 33000 en 2014 avant de tomber à 14000 en 2016 et 12000 en 2017.

 

Quel sera donc l'avenir de cette usine alors que le marché russe redémarre ? Mercedes vient même d'annoncer la construction d'une usine dans le pays et BMW y réfléchit. PSA ou Mitsubishi peuvent-ils prendre la barre, seul, de ce site ? Pour le Français, avec l'intégration d'Opel et de ses usines qui débute, ajouter un nouveau site au tissu industriel européen semble peu probable.

 

Quant à Mitsubishi, dont les ambitions ont largement été revues à la hausse depuis l'arrivée de Carlos Ghosn à la barre, cette usine pourrait faire sens pour irriguer le marché russe et l'Europe. Mais ce serait oublier que l'Alliance Renault-Nissan dispose déjà d'importantes capacités de productions dans le pays avec l'usine de Moscou et surtout l'immense site de Togliatti.