Constructeurs
Interview Pro AM - Jean-Claude GIROT, directeur d’AMC Promotion et Commissaire Général du Mondial de l'Auto
10/10/2017 - News Du Mondial De L’auto

 

Le Mondial de l'Auto 2018 se démultiplie. C'est une première. Qu'est-ce qui a prévalu à cette décision ?

 

Jean-Claude Girot. J'ai voulu faire un Mondial de l'Auto nouvelle mouture et, qu'en un seul événement s'étalant sur deux semaines, il se passe beaucoup de choses autour de l'automobile. J'ai voulu apporter de vraies nouveautés pour que les exposants, les journalistes et les visiteurs découvrent un événement renouvelé. Nous allons fêter les 120 ans du Mondial de l'Auto. C'est le plus ancien salon au monde et le plus grand en nombre de visiteurs, mais nous allons le moderniser et donner à tous l'envie d'y retourner dans les 120 ans qui viennent !

 

Votre nouveau logo fait penser aux marques de luxe parisiennes. Est-ce à entendre que le Mondial devient lui aussi une marque ?

 

J-CG. Nous sommes maintenant le Mondial de l'Auto, mais aussi le Mondial de la Moto, le Mondial de la Mobilité et Mondial.Tech. Ce sont donc quatre événements qui vont se dérouler au même endroit, Porte de Versailles à Paris, avec des thèmes différents. Une marque ; oui, parce que j'ai voulu la rendre plus noble, plus luxueuse, plus internationale. Et Mondial de l'Auto Paris parce que lors de mes voyages à l'étranger, si je dis que je suis le patron du Mondial de l'Auto à Paris, l'impact est fort, les yeux brillent. Il faut donc en faire une marque non seulement reconnue pour cette période courte qui est celle du Mondial proprement dit, mais aussi, en dehors de ces dates en créant d'autres événements sous cette marque Mondial. Le Pro Am du Mondial de l'Auto en est une première illustration mais j'envisage bien d'autres choses dans les années à venir.

 

Les marques de supercars ont désormais un espace dédié. Malgré tout, en France, vous pensez vraiment que les voitures font toujours rêver ?

 

J-CG. Oui, les voitures font toujours rêver, les supercars aussi. Quand je vois les yeux des enfants aujourd'hui, ce sont les miens il y a quelques années. Il y avait une affiche formidable, qui est d'ailleurs dans mon bureau, celle du Mondial 1994. C'est un enfant qui regarde les voitures et cet enfant, c'est le même aujourd'hui. La formule à l'époque était « on n’arrête pas un rêve qui marche », eh bien ce rêve est toujours en route ! Nous allons même le magnifier l'année prochaine avec toutes ces nouveautés, et nous allons même faire plus parce que je vais faire sortir le Mondial « hors les murs ». On ne va pas seulement rester Porte de Versailles, nous irons à l'extérieur, vous le verrez dans les rues de Paris avec une parade de véhicules historiques, un centre d’essais de véhicules verts et bien d’autres événements. Ce Pro Am en est une illustration : le Mondial n'est plus seulement tous les deux ans Porte de Versailles, il est aussi à Chantilly et il ira ailleurs encore !

 

Le retour de la moto au Mondial est aussi un événement. Que peut apporter cette nouveauté ? Les publics sont tout de même bien différents, non ?

 

J-CG. Effectivement, il y a différentes communautés à fédérer et nous leur proposons un pavillon dédié Mais aujourd'hui, il y a beaucoup de gens qui passent de la voiture au scooter et du scooter à la moto. Un visiteur, avec un seul et même billet au même prix, va pouvoir rêver devant les belles voitures et rêver devant les belles motos. Il y a d'ailleurs des journalistes, même de la presse spécialisée, qui ont dit « le Salon de la Moto est mort mais le Mondial de la Moto renaît ». Cela me fait plaisir parce que c'est exactement ce que je veux, faire un Mondial de la Moto digne de ce nom, à Paris en même temps que l'auto.