Connectivite
PSA et Vinci Autoroutes répondent à Renault et Sanef
12/07/2017 - Gredy Raffin

 

Ne pas lâcher un centimètre. A peine Renault et Sanef ont-ils annoncé avoir passé un péage sans intervenir sur les commandes du véhicule, que PSA répond de fort belle manière, comme pour signifier à son concurrent direct que le groupe ne lâchera pas le moindre centimètre dans la course à l'automatisation de la conduite.

 

Si Renault a choisi l'autoroute A13 pour son expérimentation, PSA a retenu l'A10 et l'un des points les plus critiques du réseau routier français. Le constructeur associé à Vinci Autoroutes a mis son véhicule à l'épreuve du péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines (78), le plus grand d’Europe, ce 12 juillet en matinée, dans des conditions de circulation réelle et sans la moindre intervention humaine.

 

Equipement et norme et spécifiques

 

PSA confirme ainsi sa maîtrise technologique du niveau SAE 4. Le succès obtenu au mythique péage constitue l’aboutissement d’un programme de développement initié en 2016, entre le constructeur et Vinci Autoroutes. La mise en place d’un protocole de communication spécifique entre l’infrastructure de péage et le véhicule Citroën C4 Picasso Autonome a en cela été essentielle. Un système de guidage a également été déployé, 500m en amont de la barrière de Saint-Arnoult, en direction de Paris.

 

C'est alors que tout commence. Le véhicule se voit aiguillé vers le couloir approprié, selon une trajectoire préenregistrée et calculée au plus précis, de sorte à s'engager en toute sécurité dans les trois mètres de largeur d'un des trois passages de barrière mis aux normes. En fait, l’infrastructure entre en communication avec le véhicule autonome au moyen d’une antenne UBR (Unité de Bord de Route) positionnée 300m avant la barrière de péage et raccordée au système de péage. Celle-ci utilise pour l’émission de ses données le protocole ITS G5, soit la référence dans le cadre de la communication à destination des véhicules connectés.

 

PSA, Renault et leurs partenaires respectifs ont réalisé ces tests dans le cadre de programmes de recherche sur la connectivité des véhicules, tels que Scoop@f. Les connaissances acquises serviront ensuite au sein de l'Institut Vedecom, dont les deux constructeurs sont cofondateurs.